Travaux et fermeture : un chatbot pour communiquer

Les périodes de travaux suscitent de nombreux défis pour les équipes des lieux culturels, notamment en termes de communication vis-à-vis des publics. Comment informer clairement ses visiteurs sur ce qui reste accessible en période de fermeture partielle ? Comment continuer à faire vivre et engager une communauté autour d’une institution inaccessible aux publics pour de longues années ? Comment valoriser les investissements réalisés dans le cadre de travaux et leur plus-value pour les visiteurs ? 

Le numérique peut être un levier pour offrir une plus grande lisibilité à l’institution et continuer à engager ses publics en période de travaux ou de fermeture. Voici trois types d’actions qui peuvent être menées en ce sens en ayant recours à un chatbot

Informer les visiteurs pour faciliter l’accès à l’institution

En période de travaux, l’accès à l’institution est souvent perturbé, notamment pour des raisons de sécurité. Les chatbots sont en mesure d’informer en temps réel les publics de ces modifications temporaires. Ils peuvent, par exemple, répondre à des questions des visiteurs concernant l’accessibilité comme « Comment accéder au musée ? » ou encore « Où se trouve l’entrée du musée ? ». Ils peuvent également les informer sur les salles du musée encore accessibles en cas de fermeture partielle et éviter les déceptions. En cas de fermeture totale, il s’agit aussi d’une bonne façon de préparer et de mobiliser les publics dans la perspective d’une réouverture. 

Expliquer et valoriser vos travaux

Les chatbots ne sont pas seulement des outils de prévention visant à limiter au maximum d’éventuelles incompréhensions des publics. Ils peuvent aussi tenir au courant les visiteurs de l’avancée des travaux et expliquer avec pédagogie les motifs de ceux-ci, tout en valorisant les améliorations qu’ils apporteront. 

Par exemple, lorsque l’on demande à Ask Betty, le chatbot aux 25 000 utilisateurs du Grand Palais (en décembre 2019), s’il y a des travaux en ce moment, il ne se contente pas de communiquer la date de fermeture prochaine du musée, il partage également à l’utilisateur un message détaillant les raisons de cette restauration historique. 

Un visiteur bien informé est généralement un visiteur plus réceptif. C’est pourquoi les chatbots sont des outils permettant de maintenir engagés les visiteurs et même de faire d’eux des ambassadeurs. 

Fédérer les communautés pour préparer la réouverture

Que ce soit lors de la rénovation d’une galerie ou à l’occasion de l’ouverture d’une cafétéria, les travaux privent l’accès à certains espaces du lieu et à ses œuvres. Ces changements conduisent les institutions à repenser, pour un temps donné, la présentation de leurs œuvres – parfois en organisant des expositions hors les murs.

Dans le prolongement de cette réflexion, les chatbots, quant à eux, peuvent offrir aux visiteurs une découverte des collections à distance et sous un autre jour pour continuer à les faire vivre en ligne. 

C’est la stratégie pour laquelle a opté le Musée de Cluny à l’approche d’une nouvelle phase de travaux de rénovation. En collaboration avec Ask Mona, le musée a implémenté dans son chatbot un parcours qui propose une déambulation ludique et décalée dans le musée. L’objectif ? Fidéliser les communautés numériques du musée, donner de la visibilité aux collections et créer un engouement autour de la réouverture.

➡️ Et si vous tentiez l’aventure ? 😉  

Chatbot du Musée de Cluny :

Version Messenger 

Version site web